• Jamais je n'aurais imaginé être autant charmé par la petite pizzeria d'Alessandro.

    Ma tendre amie met un point d'honneur à me faire découvrir les bonnes adresses de Toulouse. C'est ainsi que nous atterrissons Chez Alessandro, en cette chaude soirée d'avril. La pizzeria est minuscule mais aérée. Le trottoir laisse tout juste la place pour 8 tables de jardin, déjà réservées par une famille (ou deux ?). Ambiance décontractée, familiale même. Alessandro s'assied à côté de nous et prend nos commandes, grand brun musclé, sourire Colgate et beaucoup d'humour, je suis un peu jaloux... Bref, peu importe, on a tous nos petits défauts hmm ? Ce sera une Orientale pour ma belle, une salade pour Flora et une Campagnarde pour moi.

    Je profite du peu de temps d'attente pour m'excuser platement du manque de photos ! Je me munirai très bientôt d'un petit compact, c'est promis ! Mais voici déjà nos plats, magnifiquement garnis.

    La salade est somptueuse, très garnie en lardons et autres joyeusetés (c'est inscrit sur le menu, bien sûr). L'Orientale se compose de merguez, poivrons grillés, cumin et olives sur base de tomate et mozzarella. J'y goûte et savoure la fraîcheur d'une pizza. Paradoxal, pensé-je... En vérité, l'ensemble est parfaitement équilibré et la pâte, si elle n'est pas très épaisse, n'est pas cramée pour autant. Elle croustille agréablement.

    Ma Campagnarde (la pizza, pas ma belle) se fait tout aussi charmante. Lardons, oignons, champignons et reblochon se disputent 35 cm de diamètre, s'entrelaçant dans une bataille sans merci pour savoir qui sera mangé en premier. Je rajoute un peu de sauce piquante, ma pizza est parfaite.

    En dessert, nous avons même droit aux premières fraises de la saison avec sucre et chantilly. Je reviendrai, et espère bien y retrouver quelques-uns d'entre vous. Dernière précision, nous avons commandé des pizzas taille « grande », la taille en-dessous convient mieux aux enfants ou pour une petite faim.

    Minuscule bémol pour la cuisinière qui a du mal à sourire, contrairement à Alessandro que rien ne semble débiner !


    Chez Alessandro
    22, rue de la Concorde
    31000 Toulouse
    Tél. : 05.61.99.36.38
    Ouvert du lundi au samedi
    12h – 14h / 19h – 21h30


    2 commentaires
  • A la recherche d'un restaurant romantique à Toulouse ? La Cendrée nous a littéralement charmés avec mon amie...

    Toulouse est une mine d'or à coins sympa. Parmi ceux-ci, le restaurant La Cendrée fait partie du top 10 de la ville rose, à mon goût. J'y emmenai ma douce avec la ferme intention de lui faire passer une délicieuse soirée, dans un cadre romantique et chaleureux. Chaleureux, c'est le mot.

    La première salle donne sur la rue. Elle reste vide durant les fêtes et cela se comprend lorsqu'on découvre la seconde salle. Briques rouges et tables blanches s'accordent en harmonie pour un cadre parfait. Nous nous attablons juste en face de la gigantesque cheminée datant du XIème siècle, laquelle vient juste d'être allumée. Les viandes sont grillées avec les braises encore rouges du foyer. Un dîner en amoureux, au coin du feu, pour de vrai...

    Mon amie choisit une bruschetta de tomates accompagnée de jambon serrano et de tapenade verte. Une entrée tout en légèreté : le jambon fond presque sur la langue, les légumes se marient à la perfection et la tapenade se savoure avec un petit rosé. On dirait le Sud, aurait chanté Nino Ferrer... Quant à mon entrée, elle se présente sous la forme de foie gras poêlé avec petits toasts chauds et confiture de figue. Un classique, et je dirais même plus, une valeur sûre dont je me suis délecté avec un plaisir presque coutumier.

    Les plats suivent la même lignée. Nous prenons tous deux un magret de canard. Le sien repose sur un crumble de patate douce avec une sauce aux myrtilles. La douceur de la patate et la sauce aux myrtilles font de son magret un véritable bonbon qui, bien loin d'écœurer mon amie, lui ont fait sourire le palais. Mon magret est arrivé plus simplement, joliment rosé et subtilement relevé d'une pointe d'herbes de Provence. Malgré une viande et une cuisson fantastique, la quantité a eu raison de moi. Je n'ai pas pu finir l'assiette, i²l fallait garder de la place pour le dessert...

    Pas aventurière pour un sou, ma belle demande un café liégeois, fait maison. Equilibré mais gourmand, il se révèle être un classique immanquable et fichtrement réussi !
    Mais enfin, mon dessert arrive, imposant... Des profiteroles maison grosses comme mon poing –et  j'ai de très grandes mains– me défient du haut de leur montagne de glace, de pâte à chou et de chocolat. Le combat fut rude mais absolument divin. Egalité : elles ont achevé de me repaître, j'ai achevé toute l'assiette.

    Vous l'aurez compris, le restaurant La Cendrée s'adresse aux couples romantiques, j'insiste, mais aussi aux gourmands et gourmets. Ne serait-ce que pour découvrir son cadre idyllique, un petit détour par la rue Tourneurs s'impose. Vous y reviendrez presque naturellement...

    Restaurant La Cendrée
    11, rue Tourneurs
    31000 Toulouse
    05.61.25.76.97

    Budget : environ 100 € avec le vin.

    Crédits photo : www.lacendree.com


    votre commentaire
  • Ah Castelnaudary ! La capitale mondiale du cassoulet, point trop n'en faut, offre bien d'autres délices que le fameux plat aux haricots et confit de canard. La Dolce Vita était autrefois un restaurant italien de mauvaise réputation. Depuis son changement de propriétaire, on peut dire qu'il a changé du tout au tout ! Mais lisez plutôt...

    Ce 28 août 2010, les travaux extérieurs n'ont pas encore commencé et l'enseigne bleue contraste bizarrement avec l'intérieur rouge. La décoration se révèle charmante : petites tables nappées de rouge, serviettes assorties, les murs blancs au liseré écarlate apportent de la lumière et de l'espace. Le ventilateur au plafond amène un peu d'air frais, très agréable en cette chaude période !





    Je suis chaleureusement accueilli, on m'installe et déjà, la carte propre au terroir me fait saliver. En entrée, je choisis les escalopes de foie gras mi-cuites sur leur pain d'épice au miel, accompagnées d'une confiture d'abricot (12,50 €). Le foie gras de première qualité se pose délicatement sur le pain d'épices qui libère dès la première bouchée son arôme mielleux. La confiture d'abricot couronne l'ensemble d'une note fruitée. J'aurais tué pour en avoir encore... Si vous n'êtes pas très sucré, laissez de côté la confiture.



    Arrive le plat : lasagnes aux deux saumons. Entendez par là saumon cru et saumon fumé. Honte à moi, j'ai pris la photo après en avoir avalé la moitié... Les amateurs de chair rose en auront pour leur argent (9 €), le cru et le fumé s'accordent à merveille dans leur robe de lasagnes fraîches. Le temps que vous lisiez cette phrase, j'ai déjà englouti le reste de l'assiette !



    En dessert, je me réserve la surprise du chef : la Crème des Anges. Diabétiques et régimes Dukan, passez votre
    Voir taille réellechemin ! Il s'agit de lait concentré sucré par couches interposées de Petit Lu broyés, le tout recouvert d'un somptueux coulis de chocolat noir. Les suicidaires piocheront dans la confiture de mûres rajoutée là, pour le côté fruité encore une fois, mais ce serait gâcher une si belle confiture et un si beau dessert. Gourmand que je suis, je finis la coupe. Et là, surprise, je m'attendais à ce qu'elle me reste sur le ventre mais il n'en est rien ! A 5 € la coupe de sucre, j'y reviendrai (mais pas tous les jours quand même).


    Ce sympathique repas à la carte s'accompagne d'un verre de rosé (1,50 €), et en prime, le sourire de la patronne et du chef. Une adresse incontournable de Castelnaudary, vivement l'an prochain que j'y retourne !

     

    La Dolce Vita
    24, avenue des Pyrénées

    11400 Castelnaudary
    04.68.23.55.85


    votre commentaire
  • Une petite brasserie qui semblait avoir tout pour elle : une entrée en fer forgé ravissante, la terrasse ensoleillée, des serveurs un peu "djeun's"... Fuyez devant l'illusion !

    Carcassonne avec des amis, été 2009, brûlant. Le Longchamp nous offre un peu d'ombre, et, nous l'espérions, l'accueil si spécifique du sud. Accueil qui se fit désirer presque vingt minutes.

    Un serveur débraillé, puant l'alcool, nous apporte du pain pour patienter. Rassis. Le pain, le serveur aussi. Qu'à cela ne tienne, je commande une salade de fruits de mer et une crème brûlée lorsqu'il revient, enfin. "On n'a plus ça en stock !"Ah... C'est embêtant de ne pas l'avoir précisé quand vous m'avez donné la carte ! Tant pis, une salade de chèvre aux amandes et une grenadine, cela suffira. Le temps que le bonhomme me raconte la raison de sa gueule de bois (je n'ai rien demandé), je constate un manque certain d'entretien de la terrasse, des tables, de la façade... Miam.

    Trente minutes plus tard. Ma salade arrive. Aux noix. "Y'avait plus d'amandes alors il (le chef sûrement) a mis des noix, c'est pareil !" Et mon gredin de serveur qui repart en imitant la chèvre. Au moins, la salade est fraîche et le chèvre a un vrai goût de chèvre. Seul bon point.

    Vient le moment de payer. Habituellement, je n'en parle jamais, mais au cas où... Il y a des voleurs partout ! Un ami donne donc sa carte bleue, et voit monsieur s'en retourner... avec sa carte ! Il court après, récupère sa carte, paie et nous fichons le camp. Un coin de Paris dans Carcassonne, mais pas le bon coin !

    Le Longchamp
    20 Place Carnot
    11000 Carcassonne
    04.68.25.15.22


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique